• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Entre ses réalisations pour la télé (Parks and Recreation...) Nicole Holofcener (Friends With Money en 2006) s’attaque à nouveau à l'exercice du long-métrage.

    Eva (Julia Louis-Dreyfus), mère divorcée, masseuse de métier, fait la rencontre d’Albert (James Gandolfini), un archiviste également divorcé. La fréquence de leurs rendez-vous s’intensifie peu à peu, ils se trouvent des points communs et des différences qui leurs plaisent. Le soir de sa rencontre avec Albert, Eva fait également la connaissance de Marianne, une poète sympathique qui devient vite une nouvelle cliente et confidente.

    Si la trame du film peut paraître assez conventionnelle ou tomber dans certaines facilités scénaristiques, c’est surtout la rencontre entre deux très grands talents qui prévaut sur le reste. Julia Louis-Dreyfus (Veep) et James Gandolfini (Soprano), décédé juste après le tournage du film, forment un jeune couple tout à fait charmant et d’un naturel confondant.

    albert2

    En servant un travail propre mais peu inspiré, la réalisatrice ne représente malheureusement pas l’atout majeur du film. C’est dans son joli casting, complété par de très bons seconds rôles (Toni Collette, Catherine Keener), que le film trouve sa force. Chaque interprète porte le texte finement ciselé de Nicole Holofcener qui, à défaut d’être à son aise niveau mise en scène, s’avère une excellente scénariste.

    Tout deux divorcés, nos héros ont un peu perdu foi en l’amour tout en gardant espoir. À leurs âges, quelle place reste-t-il à la séduction ? Veulent-ils vraiment s’investir dans une nouvelle relation ? D'autant plus qu'en amour il n’y a aucune garantie ni de service après vente. Une difficulté supplémentaire pour nos quinquagénaires peu enclin à s'abandonner facilement à l’autre.

    All About Albert, bien qu’anecdotique dans le paysage cinématographique, s’avère une jolie surprise. Plein d’esprit et de spontanéité, le film de Holofcener nous montre combien les sentiments peuvent être fragiles. Le film reste assez intimiste pour ne pas s’assimiler aux autres comédies romantiques et sait nous rappeler qu’être sexy n’est ni une question d’âge, ni de physique. On retiendra bien évidemment la dernière apparition de James Gandolfini à la présence rassurante et la timidité émouvante.

    Critique proposée par notre contributeur Grégoire de au-bout-du-film.fr

    Personnes associées

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.