• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Kim Chapiron (SheitanDog Pound) nous a beaucoup habitué au même genre de film : innocemment malsain, aux contextes bruts, se jouant souvent des limites de l'horreur ou du thriller.

    Aujourd'hui trentenaire, le réalisateur opère pour son troisième film un virage complet en explorant les bas fonds de la comédie dramatique. Qu'on se rassure, la trame de fond qui a forgé sa réputation, à savoir l'intérêt pour la jeunesse, reste elle inchangée.

    La Crème de la Crème nous plonge en plein coeur d'une jeunesse dorée où l'on suit Kelliah, Dan et Louis, trois étudiants en école de commerce se délectant de tous les vices. Après considération, seul le sexe n'est pas accessible à tous, un plaisir que les trois étudiants vont décider d'exploiter à travers un système marketing qui va vite tourner au réseau de prostitution.

    Tel des Jordan Belfort et sa meute dans Le Loup de Wall Street, l'immoral trio est prêt à tout pour monter son réseau et réussir. Rien d'étonnant puisque Kim Chapiron a toujours choisi des sujets de films lui donnant un pouvoir de critique sur notre société actuelle. Nous transmettant son regard acerbe sur la société consommatrice.

    creme

    Porté par un talentueux trio d'acteurs, incarnant avec cynisme une génération YouPorn coffrée dans son monde et naufragée, La crème de la crème oublie les véritables sentiments pour les remplacer par du superficiel. Un désarroi contemporain mis en scène de manière prodigieuse, violente et très réaliste. Une provocation de circonstance sans pour autant être gratuite.

    La crème de la crème dépeint les déboires d'une jeunesse affichée telle une meute assoiffée, avide et jamais satisfaite. Un spectacle audacieux et sans équivoque découvrant l'un des visages de notre société, sans hypocrisie ni subterfuge. Puissante et corrosive, l'approche quasi-documentaire de Kim Chapiron puise en profondeur.

    La bascule risquée du côté des clichés ne se fait pas et donnerait presque au film des airs de vérité dérangeante. Kim Chapiron, l'enfant terrible du cinéma, ose sans honte et ouvre de nouvelles portes. Un bel avenir s'annonce, peut-être pas pour ces jeunes mais pour lui c'est certain.

    Critique proposée par notre contributeur Théo de au-bout-du-film.fr

    Personnes associées

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.