• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Après quelques récents rôles remarquables dans Looper ou The Dark Knight Rises… Joseph Gordon-Levitt signe aujourd’hui sa première réalisation : Don Jon, une comédie romantique dont il est aussi scénariste et acteur principal.

    Prières, muscu et sites de cul

    Don Jon, c’est le surnom remporté par Jon (Gordon-Levitt) grâce à ses nombreuses conquêtes d’un soir. Comme cela ne lui suffit pas, il passe son temps sur des sites porno à chercher la vidéo qui lui donnera le grand frisson… Mais la perle rare, il la trouve en boîte de nuit, en la personne de Barbara (Scarlett Johansson), une bimbo qui, à l’inverse de Jon, nourrit son idéal du prince charmant à partir de comédies romantiques.

    Choc des cultures ? Quand il n’est pas occupé à draguer, on retrouve Jon dans ses rituels solitaires : en solo avec à ses altères, devant un site porno ou au confessionnal… Et ce, pendant tout le film. Une sorte de fil rouge qui oscille en fonction de ses histoires amoureuses. C’est drôle au début, mais on s’en lasse à force. Et quel genre d’homme devient-on quand on grandit entouré d’images suggestives ? 
Don Jon offre aux sexe opposé et aux autres générations, un aperçu cruel des discussions et comportements entre mecs.

    Don Jon

    Bien en virtuel, moins en vrai

    Si l’on se rappelle avec émotion de Joseph Gordon-Levitt en parfait romantique dans 500 Jours Ensemble ou 50/50, quelle surprise de le voir dans ce rôle prétendu si sulfureux. Et oui, prétendu… La promo de Don Jon, le fait passer comme très politiquement incorrect, mais n’oublions pas qu’il s’agit d’une comédie romantique…

    Alors, tel un petit chat mignon, la nouvelle star d’Hollywood retombe parfaitement sur ses quatre pattes, pour même en venir à tirer sa révérence sur une leçon de morale. Livré pile à Noël et dans un bel emballage, la surprise est décevante, sans compter quelques erreurs de réalisation. On aurait peut-être préféré que la provocation soit jouée jusqu’au bout.

    Personnes associées

    1 commentaire
    Ma photo de profil
    1. Il y a 2 ans

      ce film est une bouze, 2/5 c'est déjà trop !

      1 J'aime

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.