• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • En cette période maussade qu’est l’automne avec sa juste dose de journées pluvieuses, Il était temps arrive à point nommé. Pourvoyeur de sourires, Richard Curtis nous abreuve à nouveau de son savoir faire avec ce feel-good movie, réelle niche de douceur et de maturité.

    Gourou d’un genre dont lui seul a le secret, Richard Curtis aime les histoires d’amour et sait encore mieux les conter. Auteur reconnu et récompensé de nombreuses rom-com à succès dont Quatre mariages et un enterrement, Coup de foudre à Notting Hill ou encore les Bridget JonesRichard Curtis use d’une plume à l’humour piquant et à l’émotion toujours juste. Doublant ses talents en œuvrant à la fois au scénario et à la réalisation sur Love Actually et Good Morning EnglandRichard Curtis signe aujourd’hui son troisième essai d’homme orchestre avant de se retirer des tournages pour jouer, lui aussi, au bon père de famille.

    C’est de cet amour familial dont Il était temps puise ses forces et son inspiration, relayant l’amitié et la passion en second plan, ce film signe une sorte d’âge de raison dans une filmographie couleur rose bonbon. Moins naïve et plus méditée que ces aïeules, l’histoire d’Il était temps contraste intelligemment. De nouveaux rapports s’abordent enfin, le ton est plus grave et Richard Curtis profite de ce changement de cap pour intégrer un gimmick vieux comme le monde mais habile de légèreté, celui du voyage dans le temps.

    il était temps

    À tout juste 21 ans, le jeune Tim Lake (superbement interprété par Domhnall Gleeson) apprend avec stupéfaction de la bouche de son père (le magistral Bill Nighy) que, et ce depuis des générations, les hommes de sa famille maîtrisent le voyage intertemporel. Une révélation bien plus difficile à croire qu’à mettre en pratique. Pour autant, interférer dans le cours de sa propre existence n’est pas une solution viable à long terme et si Tim veut véritablement trouver le bonheur, il va lui falloir apprendre à regarder la vie autrement.

    Richard Curtis nous livre avec ce nouveau film une belle épopée, celle d’une vie avec ses joies et ses peines, une virée générationnelle au cœur de l’intime et à l’humilité désarmante. Jamais mielleux, Il était temps se déploie finement, enfant de son époque le film est résolument pop et satisfait sa folie douce avec une bonne dose d’humour British. Il était temps se révèle aussi attachant qu’utile et tire le meilleur de son joli casting, une agréable et sincère réflexion sur le bonheur que le temps ne presse en rien.

     

    Personnes associées

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.