• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Fier de son succès aux US et annoncé comme le film tordant de cette rentrée, Les Miller : une famille en herbe se révèle finalement sans surprise. Une comédie lambda quelque peu surestimée, qui profite assurément de la mièvrerie et de la bassesse ordinaire du genre pour se la jouer trash, et pourtant.

    David Burke (Jason Sudeikis), un presque quadra mollasson et petit dealer de cannabis, se retrouve dans l’embarras le jour où il doit rembourser à son fournisseur une grosse somme d’argent. Un nouveau deal ne tarde alors pas à se conclure entre les deux parties afin d’éponger cette malheureuse dette. David va ainsi devoir changer de veste et mettre le cap vers le Mexique pour livrer une importante cargaison de drogue. Une mission suicide pour laquelle notre agneau va choisir de se faire aider en rameutant le voisinage.

    Quand on parle de voisins, c’est sans grand étonnement que nous retrouvons sur le pas de la porte la best-friends du genre, Jennifer Aniston. À la fleur de l’âge, la belle plante joue Rose, une strip-teaseuse désabusée et fauchée. Cette dernière, assurant le quota sexy du film, se voit dès lors invitée à faire partie du voyage. Une aubaine pour David qui va ainsi créer une fausse famille, les Miller, des alliés à embarquer dans son périple afin de passer les douanes sans encombres.

    les miller

    David termine par recruter son petit voisin esseulé un peu niais, une jeune fugueuse en mal d’amour et démarre le nouveau camping-car familiale format XXL. Une virée sur les routes, un week-end de fête nationale chargé à bloc et une idée de départ qui n’était certainement pas celle du siècle. Forcément. Surfant sur la vague des comédies type Very Bad Trip et du succès de séries telles que Weeds ou Breaking Bad, ce film au scénario paresseux s’empresse alors d’enchaîner vannes et gags afin de garder le cap.

    Une famille d’éclopés

    Ces quatre là vont vivre toute une aventure, une épopée qui, forcément, rapproche et instaure de nouveaux liens. Les Miller, dans leur mensonge, s’apprivoisent au gré des kilomètres, le propre d’un road-movie où chaque membre finira par nous livrer son introspection. Un voyage initiatique en somme, sur fond de trafic de stupéfiants. Un divertissement non familial mais où cette notion passe en premier plan. Une réflexion prévisible et toujours bienveillante sur la famille, une arme qui, même factice, peut à la fois tout détruire comme tout reconstruire.

    les miller

    Les Miller : une famille en herbe se dévoile une comédie bon enfant, faussement provocatrice, où l’ennuie reste inévitable, et ce, comme pour tout voyage en camping-car, il faut bien l’avouer. Nos personnages manquent de profondeur pour être honnêtes et l’alambiqué de chaque instant vient accentuer la mise de départ faiblarde de ce récit.

    Nos sourires ne vont, à regret, pas se transformer en éclats de rire, pourtant le langage fleuri des dialogues n’est pas pour nous déplaire mais la sauce ne prend définitivement pas. Un arrière goût fadasse pour cette comédie encensée à tort et de toutes parts, suivi d’une impression chagrine devant la froideur du duo phare, Jason Sudeikis et Jennifer Aniston, assurément peu complices.

     

    Personnes associées

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.