• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Dans ce second volet et après des présentations timides, Monsieur muscles se retrouve tiraillé à nouveau entre son amour pour sa jolie terrienne et ses obligations de super-héros. Beaucoup de contrariétés pour ce bellâtre au grand cœur et au gros marteau, une vie pas toujours facile pour celui dont le hobby consiste à sauver celles des autres.

    Mi-homme mi-dieu, l’histoire de Thor revendique toute une mythologie aux influences viking, et désigné comme favori à la succession, ce dernier va devoir protéger son royaume avant même d’en envisager le règne. Une mission de haute voltige puisqu’une invasion d’Elfes noirs menée par Malekith menace et ce, plus généralement, de plonger l’univers dans les ténèbres. Cette fois c’est donc du sérieux, exit les ponts aux couleurs de l’arc-en ciel, l’ambiance s’alourdit et Thor (Chris Hemsworth) après avoir soigneusement lustré son torse, s’en va en guerre.

    Thor : le monde des ténèbres signe des retrouvailles attendues entre Thor, son frère Loki (Tom Hiddleston) et sa dulcinée Jane Foster (Natalie Portman). Davantage une suite d’Avengers que des premiers pas au cinéma de son héro, Thor : le monde des ténèbres gagne en confiance en s’inspirant de ses prédécesseurs Marvel (tel que le dernier Iron Man) et en s’associant avec Alan Taylor (réalisateur de télévision connu notamment pour avoir travaillé sur des séries comme Game of Thrones, Les Soprano, Mad Men, Lost ou Boardwalk Empire).

    Thor

    Un nouveau virage pour ce personnage Marvel et un audacieux mélange des genres, plus proche des comics, Thor : le monde des ténèbres se révèle ainsi entre fantasy, buddy-movie et comédie à l’humour dérisoire, le tout sur un fond très académique mais efficace. Une bouffée d’air frais nécessaire pour ce blockbuster qui n’avait jusqu’alors pas vraiment réussi à s’extraire de la masse. Une identité qui se dévoile en douceur, dans l’opposition des mondes et la présence fondamentale du personnage de Loki.

    C’est avec beaucoup plus d’esprit que Thor : le monde des ténèbres assure le fan service. De nouvelles aventures, souvent alambiquées, où la dualité entre les deux frères semble parfois faiblir pour mieux révéler le charisme de chacun. Bien meilleur que son aîné, ce film n’abandonne pas les filles sur le bas côté, la romance entre Thor et sa douce va connaître un nouvel essor mais pas sans, et fort heureusement, une petite mise au point. Une suite à suite, un film à regarder avec un cornet de pop-corn, une bataille louable pour les neufs royaumes, une épopée chevaleresque plaisante mais toujours sans grand génie.

    Personnes associées

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.