• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Adam Wingard, jeune réalisateur qui a grandi dans les coins reculés du sud des USA, n’a pas totalement terminé sa ballade champêtre. Loin d’avoir chaussé les baskets pour aller ramasser les champignons, l’enfant terrible du cinéma d’horreur continue d’explorer les terres boisées pour mieux nous isoler puis nous torturer.

    Méchoui chez les bourgeois

    Tout débute par une réunion de famille, l’anniversaire de mariage des parents, auquel progéniture et pièces rapportées sont gentiment conviés. La petite sauterie aura lieu dans la maison familiale, une grande propriété isolée de tout. Et comme le souligne justement Adam Wingard, la campagne profonde s’apparente souvent à l’espace, dans les deux cas, personne ne vous entendra crier. C’est dit, et justement, de grands malades à masques d’animaux comptent bien prendre part aux réjouissances.

    you're next

    L’histoire, forcément écrite sur un coin de table, reprend soigneusement les codes d’un slasher. Les méchants vont tenter d’éliminer toute la petite famille pour une raison bien précise avant de se heurter à la riposte farfelue et acharnée d’une des jolies fiancées. Rien de bien surprenant en somme, les festivités sont usuelles, le sang coule à flot et commence à nous tordre les boyaux. Un massacre évité in extremis avec débrouillardise ou comment survivre en temps d’invasion hostile.

    C.A.P Boucher - Charcutier

    Nos doux agneaux alors transformés en bêtes tueuses : pour nos gosses de riches, seul reste le combat. Une lutte féroce, infâme et surtout grossière, ouvrant des portes à gogo et permettant à l’humour de faire son apparition. Peu de surprises pour une efficacité statistique, entre sourires et sursauts, You’re Next peine à tirer les ficelles mais reste ainsi maître de son joujou.

    Dans ce film, on ne passe pas par quatre chemins, les premiers cris arrivent aussi vite que les premières tâches. La bonne nouvelle est que si l’on vient chercher des sensations pures, You’re Next en offre pour son argent. Le danger est partout, tout est attendu, prévenu, mais l’on mord à l’hameçon tout de même sans vraiment décoller de notre siège.

    you're next

    Amorphe, on se demande alors qui va remporter la partie, qui se révélera le plus sauvage et Adam Wingard se joue de nous avec des scènes déjouant les astuces des pros. Car quoi de plus machiavélique que d’inclure ses spectateurs dans la fabrication maison de pièges à tuer. Une succession de gags et de traquenards version Maman j’ai raté l’avion pour grands enfants et psychopathes. On frôlerait presque la parodie de série B et autres films des années 90.

    Quand on songe à un film tel que Funny Games de Haneke, on prendrait presque nos petits tueurs masqués et Adam Wingard pour des amateurs. Car il est bien joli de s’infiltrer dans une maison avec de très vilaines intentions mais encore faut-il en avoir la carrure. You’re Next en ce sens, surjoue la carte du gore pour combler ses failles et en vient à oublier l’essentiel. Ressortir traumatiser d’une salle de cinéma est un fait bien différent que d’en ressortir en ayant seulement l’envie de régurgiter son déjeuner.

     

    Personne associée

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.