• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Depuis plus de 50 ans, Woody Allen propose, avec une régularité quasi-métronomique, son film annuel en alternant malicieusement entre gravité et légèreté.

    CoverMagicintheMoonlight

    Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu et Blue Jasmine creusaient le registre du drame pessimiste. Quand Minuit à Paris et To Rome with Love se baladaient gaiement dans de belles capitales européennes. Magic in the Moonlight s'inscrit dans la veine burlesque et inconséquente des seconds : c'est agréable et badin, impertinent et superflu, mais non point inoubliable. Une sorte de récréation divertissante qui ravira l'esprit, creusera le sillon de la légèreté mais n'apportera pas grand chose à l'oeuvre pléthorique du maître.

    Stanley Crawford (Colin Firth) incarne Wei Ling Soo sur toutes les plus grandes scènes du monde. Prestidigitateur de renom, il éblouit les spectateurs avec ses tours grandioses. Le jour où un ami lui propose de confondre une médium (Emma Stone) un peu trop audacieuse, il accepte la proposition avec joie mais devra se résoudre : ce grand pragmatique ne parvient pas à percer les secrets de cette belle plante. Voire, il commence à succomber à ses charmes.

    magic-in-the-moonlight-emma-stone-trailervost-cover

    La badinerie sied bien à ce grand nostalgique de Woody Allen. Pour égayer l'atmosphère, il pose sa caméra dans le Sud de la France au soleil de la Riviera où tout n'est qu'opulence et élégance. Colin Firth incarne avec un flegme tout britannique un magicien débonnaire et sûr de son fait. Il ne doute pas qu'il percera à jour les secrets de cette jolie médium qui hypnotise une famille de la haute par ses révélations extraordinaires. Avec une ironie toute Allenienne, Woody subjugue par ses réparties cinglantes et son à-propos mordant.

    La pétillante Emma Stone incarne Sophie Baker, médium surdouée, en lien direct avec les esprits et l'au-delà. Loin de craquer devant le vieux sage, elle joue le jeu de la séduction avec ses incroyables révélations. Woody Allen parsème son film de scènes truculentes et de personnages délicieusement caricaturaux. Un enivrant second degré décroche les sourires et emporte l'adhésion. C'est inconséquent, peut-être un peu trop, car le film ne se départit jamais d'une omniprésente désinvolture. Ce pourrait être un vaudeville au théâtre, une opérette au music hall, mais cela reste une comédie légère au cinéma.

    Magic in the Moonlight ne s'encombre pas de percer les apparences ni de pousser à la réflexion, dans ce film, la nonchalance prime de manière tout à fait agréable quoique souvent superficielle.

    Critique proposée par notre contributeur Stanislas Claude de 24filmsparseconde.fr

    Personnes associées

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.