• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Tout comme son mystérieux personnage central incarné par Mia Wasikowska, le cinéaste canadien David Cronenberg semble se rendre sur la légendaire colline pour y régler ses comptes.

    Maps To The Stars s'offre tel un défouloir ganté, une virée immersive et jouissive au cœur d'un univers en pleine décomposition. Un monde condamné dans lequel virevoltent les égos et les cadavres. David Cronenberg, avouant s'être inspiré avec son scénariste d'anecdotes réelles, panse les plaies pullulantes d'un microcosme nostalgique et enfant maudit d'une heure de gloire passée.

    En compétition pour la Palme d'Or au festival de Cannes (2014), Maps To The Stars se déploie avec froideur et cruauté, exhibant sans retenue la couche crasseuse consignée derrière les paillettes. Des vedettes déconnectées aux aspirants prêts-à-tout, David Cronenberg ne néglige aucun cliché, aucun vice et aucun excès. Les étoiles ne brillent plus sur la colline et c'est sans gêne que le réalisateur se délecte des déboires tragicomiques de ses hôtes.

    MTTS

    Maps To The Stars retrace le quotidien d'une poignée d'étoiles plus ou moins fortunées, croisant la route d'une vedette vieillissante et hystérique (Julianne Moore), d'un enfant star capricieux, d'un coach manipulateur (John Cusack), d'un chauffeur ambitieux (Robert Pattinson) ou encore d'une assistante défigurée et schizophrène (Mia Wasikowska). Tous migrant avec égoïsme et désarroi sur les hauteurs de ce qui ressemble à s'y méprendre à un hôpital psychiatrique.

    Satire trash d'une communauté désenchantée, Maps To The Stars se veut la cartographie sanglante des angoisses d'Hollywood. Un film où fantasmes et cauchemars prennent le dessus sur le réel, où les raccourcis sont faciles et les traits grossiers, marquant sur ce point ces grandes faiblesses d'écriture. Alors si le scénario manque parfois de consistance, le massacre à l'esthétique clinique vaut le coup d'œil. David Cronenberg dépèce chaque cadavre, ajoute névroses, incestes et luttes fratricides à son récit, et livre par moment un succulent drame familial dans la cité des monstres.

    Personnes associées

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.