• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • L'été signe la saison des blockbusters et des films d'horreur. Dans cette seconde catégorie, Mister Babadook compte bien en sortir gagnant.

    L'histoire suit la vie d'Amelia, devenue veuve alors que son mari la conduisait à l'hôpital pour donner naissance à leur fils Samuel. 7 ans plus tard, la mère a toujours du mal à faire le deuil de cette disparition, d'autant plus que son garçon se montre violent à la maison et à l'école. Tiraillée entre l'amour maternel et la haine de celui qui lui a enlevé son mari, Amelia réussit tant bien que mal à enfouir ses sentiments les plus sombres… Jusqu'au jour où un terrifiant livre illustré, "The Babadook", se retrouve mystérieusement chez eux. Alors que Samuel est persuadé que le monstre du conte est réel, la mère tente de se débarrasser du livre. Mais plus elle essaie, plus les phénomènes étranges se multiplient dans la maison.

    the-babadook-1

    Premier long métrage de Jennifer Kent, Mister Babadook est loin d'avoir les mêmes moyens des nombreuses superproductions qu'il côtoie cet Été (Transformers 4, La Planète des Singes 2, Les Gardiens de la Galaxie). Il est en fait une relecture approfondie de son court-métrage Monsters (2005). Et pour l'australienne, pas besoin de lourds effets visuels pour nous faire vibrer. Sans prétendre ré-inventer le genre, Mister Babadook est une sorte d'exercice de style où les fondamentaux de la réalisation sont maîtrisés : une histoire originale, des acteurs terrifiants de justesse, une photographie et des effets sonores remarquables. On distingue alors clairement des influences provenant de Shining et d'anciens films d'horreur muets. Avec peu de sursauts et sans jamais trop en montrer (les images les plus explicites sont sans doute les illustrations du livre), Mister Babadook réussit à nous plonger avec intelligence dans l'angoisse. Une zone sombre que certains auront du mal à quitter tant le film prend aux tripes et tant son dénouement soulève des questions.

    Personnes associées

    1 commentaire
    Ma photo de profil
    1. Il y a 2 ans

      5 étoiles ? Ça me donne encore plus envie de le voir

      1 J'aime

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.