• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • S'extirper des filets de Pablo Escobar (Benicio del Toro) dans Paradise Lost parait une épreuve bien plus complexe à relever que de sortir vivant des Hunger Games pour Josh Hutcherson.

    PARADISE-LOSTcritique

    Vendu comme un film relatant l'incroyable histoire de Pablo Escobar (magistralement incarné par Benicio del Toro), Paradise Lost se perd dans une histoire d'amour entre jeunes adultes peu conscients de leurs actes. Entré pour les beaux yeux de la jeune Maria (Claudia Traisac) dans la famille du célèbre criminel colombien, Nick (Josh Hutcherson) qui était venu dans le pays pour surfer et vivre la pleine aventure avec son frère, ne va pas être déçu du voyage.

    Acteur avant de passer derrière la caméra, Andrea Di Stefano (Nine, Mange Prie Aime) s'embourbe pour sa première réalisation dans l'univers du crime organisé. Un monde où les apparences sont trompeuses et où le diable peut faire figure de bon ami avant de vous tirer une balle dans le dos. C'est la malheureuse affaire à laquelle le naïf surfeur canadien Nick (Josh Hutcherson), venu en Colombie pour prendre du bon temps, va devoir faire face pour éviter de mourir trop jeune.

    Paradise-Lost-critique2

    Un décor paradisiaque qui pourrait bien servir de toile mortuaire pour une partie des sympathisants du dirigeant et criminel colombien Pablo Escobar (Benicio del Toro). Au dessus des lois, l'impitoyable narcotrafiquant, aussi père de famille aimant, va accepter de se rendre aux autorités mais compte bien cacher une partie de son trésor avant de filer au trou.

    Avec un montage bourré d'effets peu soignés et de changements de point à tout rompre, Paradise Lost perd un peu le fil. Préférant miser sur des personnages manquant cruellement de profondeur plutôt que de s'attaquer au vaste matériel qu'est la vie de Pablo Escobar, le film s'englue dans une amourette peu crédible. On regrette alors, à la vue de la prestation de Benicio del Toro, que la puissance et le charisme du personnage n'aient pas été les fondamentaux de cette histoire qui ressemble davantage parfois à un film souvenirs de vacances (avec le surf et les filles) gâché par une mauvaise rencontre.

    Personnes associées

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Transformers : l'Âge de l'extinction

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.