• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Adapté d'une nouvelle (intitulée Animal Rescue) du spécialiste des intrigues criminelles, l'auteur et scénariste Dennis Lehane, l'homme derrière Mystic River ou encore Gone Baby Gone, Quand vient la nuit (The Drop en VO) plonge Tom Hardy dans un mutisme presque dérangeant.

    COVER-The-drop

    Film noir par excellence, Quand vient la nuit se déploie lentement, exposant son monde gangrené, ses personnages solitaires et sa violence ordinaire. Au centre de cette sombre et latente intrigue on retrouve l'acteur Tom Hardy, incarnant Bob, un barman taciturne et borderline, non sans rappeler parfois le personnage joué par Ryan Gosling dans Drive.

    Confié au cinéaste belge Michaël R. Roskam (Bullhead), premier réalisateur européen à adapter un scénario de l'auteur Dennis Lehane, Quand vient la nuit instaure dès ses premières secondes une remarquable tension qui saura ne jamais retomber. Explorant l'envers du décor, le film s'immisce dans les petites manigances entre mafieux et bars de quartier. Partagé entre deux mondes, à la recherche de rédemption, chaque personnage comprend son ambiguité et son masque de façade.

    thedrop-critique2

    Au coeur de Brooklyn, Bob (Tom Hardy), grand solitaire peu démonstratif, travaille dans le bar de son cousin Marv (James Gandolfini) et assiste désabusé au système de blanchiment d'argent mis en place dans une grande partie des établissements. Cet ancien bar devenu bar-dépôt pour les malfrats du quartier continue de tourner sans sourciller jusqu'à ce qu'un braquage tourne mal. En parallèle, le taiseux Bob va recueillir un chien trouvé, en très mauvais état, dans la poubelle d'une jolie voisine.

    Quand vient la nuit offre une plongée mutique dans la noirceur des bas-fonds de Brooklyn. Une organisation singulière, une percée réaliste au sein des quartiers ouvriers qui hypnotise par une atmosphère à la fois rugueuse et tendue. Un univers aussi sec que les coeurs présentés, pourtant emplis d'espoirs et avides de paroles sacrées. Dernier film de James Gandolfini, Quand vient la nuit contient son récit à travers des aspirations avortées, des passés complexes, des vies brisées et des limites troubles.

    Quand un chiot permet à un gros dur de tomber le masque et d'ouvrir un peu les vannes, c'est un peu l'idée du film et c'est plutôt réussi.

    Personnes associées

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.