• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Figure emblématique du monde de la mode, le couturier français se dévoile avec parcimonie dans ce biopic, réalisé sous l’approbation bienveillante de son compagnon de vie, Pierre Bergé. Sans révolutionner le genre, ni apporter de grandes révélations, Yves Saint Laurent s’incarne simplement sous les traits d’un Pierre Niney absolument habité.

    Un genre casse-gueule pour une tête et des initiales connus de tous, l’acteur Jalil Lespert n’a pas vraiment choisi la facilité pour son troisième passage derrière la caméra. Visionnaire, révélateur de tendances et acteur, à sa manière, d’une sorte de révolution artistique et sociétale, YSL n’a jamais cessé de créer. Une véritable mine d’or pour tout scénariste qui se respecte, tant sa vie et son œuvre fourmillent de détails, une opulence dans laquelle Jalil Lespert a fait son marché avec élégance.

    Des césures parfois radicales qui ne feront pas l’unanimité, le tout sans jamais perdre le fil d’une voix off signifiante, Yves Saint Laurent pose le ton et se dénude par instants à grands coups de flashback. Des moments sur le tas, jugés à l’importance aléatoire mais à l’émotion constante. Un procédé épinglant et laissant de côté bon nombre d’éléments mais ravivant, avec justesse, au gré des vents, le feu qui animait ce personnage. YSL s’éloigne sans gêne d’une pseudo psychanalyse bâclée et ne tente aucunement d’apaiser les névroses de son sujet, choisissant d’exposer sans crainte de ternir son image.

    Yves Saint Laurent

    YSL revient alors sur l’histoire d’un amour épuisé et d’un homme bien trop sollicité. Revenant, comme le temps d’un été, sur les origines pieds-noirs de son poulain, ses premiers griffonnages dans sa chambre d’adolescent, sa fuite sur Paris et son indépendance retrouvée, ses premiers retours publiques et la construction de son mythe. Sans épargner ni ses excès ni sa chute, YSL survole cet amas de souvenirs avec un seul et même repère, celui de son couple formé avec Pierre Bergé (Guillaume Gallienne). Un binôme à la passion illusoire et à l’amitié profonde, un duo dans lequel YSL puise à la fois force et rage, sans jamais l’évincer.

    Ce n’est pas de la haute couture mais les étoffes choisies restent parfaitement louables. Jalil Lespert sort avec Yves Saint Laurent son plus beau service pour recevoir sa tablée d’acteurs, dont se démarque sans peine le spectaculaire duo de la comédie française, Pierre Niney et Guillaume Gallienne. Gestuel, trait de crayon et voix, tout est parfait dans cette brillante interprétation du dandy et bien loin de tout mimétisme irréfléchi. Des performances d’acteurs très cadrées sans lesquelles rien n’aurait été possible, une incarnation élégante et sincère pour une virée derrière les rideaux feutrés de ce monde où paillettes et désillusions s’entremêlent.

    Notons que Saint Laurent, un biopic concurrent réalisé par Bertrand Bonello sortira cette année également, avec Gaspard Ulliel dans le rôle titre, l’occasion sera alors donnée de jouer les comparaisons.

     

    Personnes associées

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Paradise Lost

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.