• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
  • Prisoners raconte l’enlèvement de deux petites filles dans une ville banale de la côte est. Aidés par la police, les pères des enfants se lancent dans la traque des kidnappeurs. Un thriller oppressant, servi par des acteurs au top (Hugh Jackman et surtout Jake Gyllenhaal).

    Pour ce film, le réalisateur Denis Villeneuve a fait appel à l’islandais Johann Johannsson, dont c’est le troisième film.

    Le score contient deux aspects artistiques intéressants. L’orgue et les choeurs, inspirés de l’église islandaise accompagnent la thématique religieuse présente tout au long de l’histoire. Les violons et particulièrement le violoncelle viennent se superposer. Les mélodies restent sur des tonalités mineures et très basses. Tout cet ensemble est traité très légèrement avec de l’électronique pour constituer la couche sonore du film.

    Là où un thriller classique crée une emphase sur les scènes de tension et d’action, Johann Johannsson prend les actions et les évènements à contre-pied. Le thème principal, sur la disparition, est calme, mélancolique, et joué avec une tonalité grave. On se rend aussi compte que la musique est constamment à l’opposé de l’état d’esprit et des actions de Keller, le personnage principal. Alors que ce dernier est fou de rage et traque sans relâche, la musique reste apaisée.

    C’est justement lorsqu’il se retrouve dans l’impossibilité d’agir que la musique prend son essor. Dans Following Keller et surtout dans Through Falling Snow, des percussions et l’orchestre plus pressants se font entendre.

    Prisoners est un score minimaliste offrant un contre-poids à la tension du film, sans raconter musicalement son histoire. L’absence de thématique claire pour les personnages, la répétition du thème principal sans vraie variation, créent beaucoup de monotonie. Malgré tout, la musique colle assez bien à l’esprit froid et brumeux du film.

    Note de la B.O. ★★☆☆☆

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    Le Hobbit 3 : Pippin chantera le générique de fin

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.