• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
    0:00 / 0:00

    Cold in July

    Langue
    Qualité
    Videos de Cold in July

    Cold in July

    51 247

    1. Il y a 2 ans

      Intéressant de voir Michael C. Hall endosser le rôle d'un père de famille pour délaisser celui du tueur en série manipulateur. Seulement, et c'est le plus grand défaut du film, les personnages ne sont pas fouillés, on ne s'y attache pas. Le scénario et la bande son vintage permet de nous faire tenir jusqu'à la fin du film, avec une atmosphère proche des anciens films de Brian de Palma. L'intérêt du titre ? Je cherche encore x).

      3 J'aime
      -
      1 commentaire
      Il y a 1 an

      Le titre en français : Juillet dans le sang, pas terrible je l'avoue.
      Je préfère : Coup de froid en juillet.

    2. Il y a 1 an

      Juillet 1989 au Texas.
      Une nuit, Richard Dane abat chez lui un inconnu qui était en train de le cambrioler. C'est un choc pour lui mais les habitants de sa ville le félicitent et le considèrent comme un héros, comme la Police d'ailleurs.
      Mais ce n'est que le début d'une descente aux enfers où Richard va côtoyer de près violence et  corruption.

      Pourquoi le titre "Cold in July" ?
      Parce que le film est tiré d'un roman du même nom et qui a été édité en France sous le titre "Juillet en Sang".
      Alors pourquoi pas ce titre "Cold in July" que l'on peut traduire par "Coup de Froid en Juillet" pour ce néo-polar qui voit un simple mec, père de famille, se couvrir de sueurs froides une nuit chaude au coeur de l'été texan et qui va se retrouver, à son corps défendant, dans une suite d'évènements inimaginables pour lui ?
      Comme lui, le spectateur est mené en bateau dans cette suite d'évènements sombres et sanguinolents jusqu'à la vengeance ultime.
      Teinté d'humour cynique, ce film laisse transparaitre les bas instincts de certains hommes qui se pensent puissants et qui, par collusion avec les autorités, usent d'ultra-violence ennvers les autres.

      On aimera ou on n'aimera pas cette suite trash de vengeances, reste Don Johnson droit dans ses santiags blanches qui en amusera plus d'un avec son rôle à contre emploi.

      1 J'aime
    3. Il y a 1 an

      Prenant et maîtrisé de bout-en-bout

      1 J'aime
    4. Il y a 1 an

      Malgré une première partie poussive, et des légèretés dans le scénario. C est un film efficace et parfois surprenant. A voir en ce début 2015.

      1 J'aime
    5. Il y a 5 mois

      Mouai....sympas mais sans plus. Il manque des éléments pour expliquer la première partie du film. La seconde n'ai vraiment pas top. On sent que je film puise des inspirations à droite à gauche mais ça ne marche pas très bien. Je suis un peu déçu...

    6. Il y a 9 mois

      Ce film m'a déçu. Pas méchamment, hein. C'est pas un mauvais film en soi. Il est sympathique, il se laisse regarder. Il est pas mal réalisé. Bref, il fait son taf. Le problème ? C'est qu'il vous donne de faux espoirs. Ou plutôt, il vous trompe sur sa nature, mais pas en bien.

      Le pitch de départ : Richard Dane est un père de famille lambda qui, l'arme à la main, surprend un soir un cambrioleur dans sa maison. Sans même le faire exprès, il le tue. Comme on est aux USA, on considère qu'il est dans son droit et donc on laisse toute l'affaire en plan, on l'évacue. Comme on est au Texas, le type passe même pour un héros. Lui se sent un peu comme une merde ; il a bien conscience que le cambrioleur n'est rien d'autre qu'un petit malfrat du dimanche, un jeune qui a mal tourné. Alors lui avoir enlevé la vie pour une errance, il trouve ça un peu dur.

      A ce moment là, on voit d'ici le tableau : le père de famille, sous la pression de son entourage, va petit à petit accepter son statut de héros et la vision selon laquelle ce qu'il a fait est bien. On le voit d'ici devenir progressivement un homme de violence ; et le film semble se diriger tout entier vers ça. Sauf que non.

      A la place, on vous apprend que le père du défunt - dont j'ai oublié le nom et qu je vais par conséquent appeler Bob - sort de prison et qu'il n'est pas commode. Il a tout à fait l'air de vouloir s'en prendre à la petite famille de Richard. Et le tout part dans un polar sombre et inquiétant. Bon, okay. Pourquoi pas. Je veux dire, la suite s'annonce intéressante aussi : Richard, intimidé, va demander de l'aide au shérif, mais celui-ci ne peut rien faire car, légalement, il n'y a aucune menace ou danger manifeste. Il va donc sombrer dans... Ah oui, attendez : je suis en train de spoiler, okay, alors venez pas vous plaindre. Il va donc sombrer dans une sorte de paranoïa et oversécuriser sa maison. Le film nous montre alors comment quelqu'un qui semblait invincible avec une arme n'a fait que s'attirer la menace et comme il s'avère en réalité être des plus démunis.

      Alors on est reparti sur le train de l'imagination. On se demande comment les choses vont bien pouvoir se goupiller et, au vue l'aspect exagérément menaçant de Bob, qui apparaît littéralement comme un prédateur maléfique, on se dit qu'on voit le film du point de vue de Richard Dane dont la panique exagère tout, et que l'histoire va nous raconter la façon dont il va se retrouver à abattre un innocent parce que tout ce qu'il perçoit est soumis à l'hégémonie de la violence. C'est une réflexion très intéressante et la manière dont les choses partent promet d'être pour le moins... Ah bah non.

      Non ?
      Non.
      Rien. La viande. Babouche.
      En fait (heavy spoiler inside) : le type voulait vraiment leur faire du mal, mais le mort n'est pas son fils, car le shérif a échangé l'identité du mort avec celle du véritable fils, qui est en réalité un témoin protégé par le FBI qui balance contre la mafia. Alors Richard s'allie avec Bob pour le retrouver, mais il s'avère que le fils est un psychopathe qui bute des prostituées. Alors ils décident de le buter. Mais comme il a plein de gardes du corps, ça finit en bain de sang. Fin.

      Alors, de deux choses l'une : c'est un très très (très) mauvais mouvement de prendre un tel virage en tête d'épingle comme ça en plein milieu du film. Ça peut-être très pertinent si le concept du film entier se base là-dessus (coucou Gone Girl), mais ici ça ne marche pas du tout. Pourquoi ? Eh bien parce que ça n'est absolument pas le propose du film ! A deux reprises, il vous fait miroiter un cheminement et un scénario très intéressant, et le retournement de situation s'avère en réalité n'être qu'un médiocre pétard mouillé.

      On peut faire croire au spectateur qu'il a affaire à un film banale pour prendre soudain la forme d'un film profond. On peut réaliser un changement de paradigme qui va faire s'interroger le spectateur sur les vérités énoncées dans la première partie. On peut même faire ça sur le ton de l'humour, comme avec Le dernier pub avant la fin du monde. Mais on ne peut pas lancer une bonne idée pour ensuite l'abandonner. Et c'est ça, au final, le problème de Cold in July : pas qu'il métamorphose le cours de son histoire, mais qu'il l'abandonne purement et simplement pour en prendre un autre qui n'a rien à voir et qui, en plus, est moins original. Comme si le scénariste s'était dit : " En fait, non, on va pas faire ça. On va plutôt raconter ça... " Les deux parties sont juste hétérogènes et ne se font aucune résonance.

      De deux : ce changement est même nocif, parce que les pistes de réflexion qu'il suggère desservent l'appréciation de la suite du film. Je m'explique : j'ai dis plus haut qu'en voyant la façon dont Richard était traité en héros par les autres et sa propre attitude vis-à-vis de ça, on sentait que le récit essayait de nous faire passer un message sur la facilité avec laquelle on peut sombrer dans la violence la plus extrême, y compris pour une personne normale. On a donc une attitude de jugement, on cherche à rester lucide pour repérer le moment où l'on considère que le personnage aura concrètement dépassé une limite, de même qu'on cherche à comprendre comment cette limite aura pu être dépassée.

      Sauf que, dans la deuxième partie, la vendetta menée par Bob contre son fils est exposée comme étant totalement justifiée. Rien ne la sanctionne ni ne suggère que ce que l'on voit n'est pas normal. Ce qui fait que, pendant toute la dernière moitié du film, on est incapable d'adhérer avec ce qu'il nous raconte. Là-dessus, Cold in July se tire littéralement une balle dans le pieds et se décrédibilise.

      Alors, bien sûr, je parle de cet aspect en détail comme de quelque chose de grave, mais ça ne rend pas le film irregardable. Il reste un polar plutôt agréable dans l'ensemble. Mais il ne peut avoir l'air bon que si l'on accepte l'idée de base selon laquelle il n'a aucun message profond, qu'il n'en ressort aucune réflexion et qu'il est plutôt bête et méchant. Une fois cette idée acquise, c'est plutôt un bon divertissement, pour être tout à fait honnête.

      Par contre, autre petit point noir que beaucoup ont considéré comme un bon aspect du film : sa BO. A aucun moment je ne l'ai trouvé bien amenée ou pertinente. En plus de cela, elle ne colle pas avec l'univers. L'histoire se déroule au Texas et présente tout ce que ça implique de brutalité et folklore inspiré du western. Et qu'est-ce qu'on nous sert comme ambiance sonore ? Un pastiche anémié de Drive, une teinte brouillonne de musique électro des années 70-80, là où on se serait plutôt attendu à une guitare sèche mortuaire ou à quelques larsen lancinants. Bref, j'ai trouvé la BO en total décalage avec le film et ça m'a plutôt gêné. Mais il faut croire que tout le monde a aimé, donc bon...

      En conclusion, parce qu'il y en faut bien une, au bout d'un moment : c'est un film qui peut être surprenant, et pas dans le bon sens du terme. Mais je trouve justement qu'on apprends beaucoup sur l'importance de la cohérence, en le regardant. Et, si on n'a rien de spécial à regarder, qu'on veut une histoire un peu sombre, avec une petite dose de mystère et une fusillade bourrin, eh bien celui-ci en vaut largement un autre. Donc n'ayez pas peur de ce que j'ai écris et faites vous votre propre idée !

    7. Il y a 1 an

      Je mets la note de 13/20 ! Plutôt pas mal avec un casting intéressant ...

    8. Il y a 1 an

      D'excellents interprètes, une bande-son qui fait toute l'originalité du film, un scénario bien construit, des images et des plans soignés... Les qualités ne manquent pas pour ce film d'un autre temps, envoûtant et glacial. Comme embarqué sur des montagnes russes, on reste accroché à son siège jusqu'à la dernière minute. Un film résolument différent, mais où la violence est omniprésente.
      Réservé à un public averti.

    9. Il y a 1 an

      tres beau film policier don johnson est top dans ce film sam schepard n est pas mal aussi je decouvre michael c hall il joue tres bien son role merci messieurs

    10. Il y a 1 an

      Une question, quel est le rapport entre le film et son titre ? Une autre question, pourquoi débuter un film avec une histoire qui paraît sympathique pour terminer sur une toute autre histoire qui n'est pas intéressante et qui ne résout pas la première histoire ? J'aurais préféré une bombe nucléaire, tout le monde meurt, et on peut s'en aller au bout de 5 min du film

      2 commentaires

      Le titre est comme une blague un peu recherchée. Doit-on expliquer une blague à quelqu'un lorsqu'il ne la comprend pas...?
      Deux indices:
      - le titre de la nouvelle dont est issu le film, en français, est "Juillet de sang".
      - en anglais, "cold" signifie "froid", mais est aussi employé dans les polars pour parler d'un cadavre, de quelqu'un qui aurait été "refroidi".

      Il y a 1 an

      Bien sûr qu'il faut expliquer une blague à quelqu'un qui ne la comprend pas, un peu comme le phare à On. Après, peut-être avez-vous lu le bouquin, et j'aurais aimé savoir si c'est la même ambiance et si le schéma narratif est le même, les films étant très souvent en dessous des livres dont ils sont issus

    11. Il y a 1 an

      J'adore Michael C. Hall mais la je me suis ennuyer. Pas d'action je m'attendais a une grosse boucherie bien jouissive j'ai été déçu. Dommage.

    12. Il y a 2 ans

      Bon film avec une bande son énorme!!

    Du même genre

    Films En salle

    Prochainement

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.