• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
    0:00 / 0:00

    Le Loup de Wall Street

    Langue
    Qualité
    Videos de Le Loup de Wall Street

    Le Loup de Wall Street

    895 1729

    1. Il y a 2 ans

      Décapant.

      Di Caprio au top : s'il n'a pas d'Oscar cette année...

      14 J'aime
      -
      4 commentaires

      Ah et Margot Robbie n'a rien à envier à Scarlett ! :)
      http://cinemur.fr/personnes/margot-robbie-84914

      3 J'aime
      Il y a 2 ans

      Elle n'a même rien à voir :D http://24.media.tumblr.com/a126c4ee9c1b322ac0e4df276d93edeb/tumblr_mokb83eA5b1qaua84o2_250.gif

      Image postée
      3 J'aime

      Il aurait pu l'avoir si y'avait pas McConaughey ! Haha

      2 J'aime
      Il y a 2 ans

      Il n'aura JAMAIS l'oscar avec ce rôle même s'il le mérite largement. Pas assez politiquement correct + concurrence de 12 Years A Slave, film historique dont l'académie rafole et symbole de remettre l'oscar à un acteur noir...

    2. Il y a 3 ans

      http://i.imgur.com/k7xkqPt.gif

      Image postée
      11 J'aime
      -
      1 commentaire
      Il y a 3 ans

      ça c'est de la danse !!! XD

      2 J'aime
    3. Il y a 2 ans

      Et bah putain !
      Scorsese, Didi, et la magie opère !

      Sérieusement, j'ai bien quelques blâmes à jeter sur ce film, mais presque aucun qui n'ait attrait à sa qualité.

      Il y a deux tendances du cinéma qui me blasent ces derniers temps :
      Les biopics, d'abord, qui donnent vraiment l'impression que les scénaristes ont épuisés tous les sujets possibles et imaginables, et qu'ils sont obligés de se rabattre sur quelque chose d'aussi peu engageant que la vie d'un styliste (putain mais sans déconner ! YSL ? Sérieux ?) ; et cette tendance à faire un maximum de cul dans le cinéma, avec Lars Von Trier se la jouant art-et-essais pour filmer Charlotte Gainsbourg se faire troncher ou des films comme A coup sûr, qui font l'apologie de la partouze systématique, sorte de pêcher mignon de la ménagère mattant du porno en toute légitimité ("mais si, je te jure, en faire, c'est pas un film de boule !").
      A la croisée des deux courants, on a truc comme Lovelace, qui a tout l'air d'être une bouse classique (et qui aura pourtant un grand succès, vous verrez), et on a l'autre, là : Le loup de Wall Street. Un film de Scorsese. Bah ça alors, ça me ferme mon caquet !

      Alors la question que je me pose c'est : pourquoi (bordel !) a t-il choisit un sujet comme ça ? Pourquoi est-ce qu'il s'est abaissé à piocher dans la recette qui marche à base de bling-bling, de femmes-objets à poil et de drogues ? Et de femmes -objets à poil ?
      ... Et de drogues ?
      Là, on en arrive au moment où je me dis que, tant qu'à faire, pourquoi ne pas avoir accordé plus de place au lancé de nains ? Parce que ça... Ça, ça avait du potentiel ! Mais non, allez savoir. Je suis un peu déçus.

      "Mais oui mais en fait voilà quoi c'est juste que c'est qu'il dénonce la bourse et tout et..."
      Que nenni ! Voilà ce que j'en fais de tes... de ta bourse, moi !
      Le loup ne dénonce pas les dérives de la bourse. Certes, il est à peu près fait mention du fait qu'il s'agit d'une bande de truands qui ont découvert un moyen d'exploiter au maximum une faille du système (c.f. l'ignorance de non-initiés en manque d'argent via le hors-cote), certes Jordan nous fait bien comprendre à grand coup de 'putain' de 'bordel' et de 'merde' qu'il n'en n'a rien à cirer de ces bouseux qui peuvent bien aller travailler chez McDo, mais l'immoralité est vite balayée par tout le faste grandiloquent qui est déployé autour du personnage.

      Et là se pose un dilemme : celui de choisir entre amoralisme et critique du rêve américain. C'est quoi cette obsession de la neutralité absolue de nos jours ? Une obsession qui, au passage, ne touche que les pays 'civilisés', parce que quand il est question de causer tiers-monde et compagnie, là, tous les tabous reviennent. Mais c'est quoi votre foutu problème ? Oui, Jordan Belfort est un enculé. Oui monsieur ! Alors j'aimerai vraiment que les gens arrêtent de juger une société en refusant de juger les individus qui la composent. Parce merde, à la fin. Dans le loup, pas une seule fois on ne voit un de ces clients pigeons qui ont probablement gâchés leur vie à cause de lui.

      Mais s'il est un thème, une ligne directrice qui pourrait effectivement être le fruit d'une observation critique, je pense plutôt qu'elle se trouverait dans la perception du pouvoir, de la façon dont il façonne les gens. C'est un Jordan plutôt sympa qui commence le film, c'est un enfoiré qui le continu. Et pourquoi ? Eh bien, trois heures de films vous montrerons en détail pourquoi : parce que l'homme est égoïste et que s'il n'a qu'à tendre la main vers les plaisirs, il ne verra aucune raison de s'en priver. Surtout lorsque ensuite ces mêmes plaisirs le mettent à l'abris des conséquences et l'isolent de tout sens des responsabilités. Voilà pourquoi on ne voit aucun pigeon dans Le loup. Parce qu'il n'est jamais confronté à la réalité de ses actes.

      On pourrait le comparer à un film tout à fait différent : Die Welle. Dans la vague, on ne part pas d'une critique mais d'une expérience ; on ne hait pas le totalitarisme, on apprend au contraire à l'apprécier. On nous glisse du côté obscur et nous y fait adhérer. C'est là que se trouve le véritable vertige. Et Scorsese ne montre ici qu'une victime de son succès, emporté par les chimères de l'argent.

      De ce côté là, la seule véritable critique négative que je pourrait formuler, c'est : pourquoi avoir autant tapé dans le sex, drugs and Rock 'N' Roll alors que la masse des spectateurs est stupide au point de tout prendre au premier degré ? Qu'on se le dise : à la sortie des salles, il y aura plus de boursicoteurs que de responsables. Mais soit. Va pour cette fois.

      Va pour cette fois, mais c'est bien parce que le film est excellent, hein ?
      Parce que, oui, je parlotte depuis tout à l'heure, mais j'ai oublié de vous dire : Le loup est un putain de film ! Sous tout - point - de - vue.
      Tout !
      Le montage file un sacré rythme et donne le ton. Les scènes sont aussi spectaculaires que le contexte, on ne sait plus où poser les yeux... Même si on finit de toute façon par les poser sur une paire de fesses.
      Que le film dure trois heures en paraissant durer deux et demi n'est pas anodin. Si vous avez regardé les Hobbits, vous saurez que c'est un indicateur de réussite.

      Et les acteurs ! Est-il seulement nécessaire d'écrire un mot à propos des acteurs ? Mais oui putain ! DiCaprio au sommet de son art (en fait, il semblerait qu'il n'ai jamais voulut y descendre) et Jonah Hill qui aurait éclipsé sans grande difficulté le personnage principal s'il avait été interprété par quelqu'un d'autre (jamais un personnage doublé par Christophe Lemoine n'aura autant sonné comme Cartman). C'est juste dommage qu'Ethan Suplee n'ai pas eut droit à plus de place, je l'aime bien , celui-là. Ensuite, Margot Robbie est pas trop mal dans le rôle du signe extérieur de richesse, même si son jeu consiste surtout à se faire b(oh regardez le bel oiseau !). Et enfin, en bon franchouillard que nous sommes, on est obligés de faire mention de Dujardin, qui joue toujours aussi bien le petit enfoiré souriant. Mention spéciale au changement de narrateur lors de leur première rencontre ; je pense que Scorsese a dut voir 99F.

      Enfin la réalisation en générale témoigne de la maestria de Scorsese qui n'hésite pas une seconde à prendre des initiatives, comme avec les jeux de méta-narration, même si cette dernière n'est pas toujours pertinente.

      Bref, ce film est exactement ce dont il a l'air, mais il franchement bien.
      A voir au moins une fois dans sa vie.
      Contre-indiqué aux puritains.

      Ah oui, au fait : il meurt à la fin.

      8 J'aime
    4. Il y a 3 ans

      http://25.media.tumblr.com/tumblr_ltus49xlSW1qiijpmo1_500.gif

      Image postée
      7 J'aime
    5. Il y a 2 ans

      Le loup ? Jordan Belfort. Un jeune trader qui a vécu dans les remous de la bourse de Wall Street des années 90. L’argent, le pouvoir, le sexe, la drogue. Les tentations sont là, à portée de main, et le loup les saisit avec passion. Homme sans limite, pour lui « trop n’est jamais assez » nous disent les affiches. Voila le bref portrait d’un trader hors norme dont une partie de la vie est aujourd’hui adaptée au grand écran par Martin Scorsese. Et ca ne peut être que Leonardo DiCaprio, son nouvel acteur fétiche – signant ici leur 5ième collaboration –, qui incarne ce personnage. Avec un certain travail d’enquête (DiCaprio aurait appelé le loup chaque jour pour avoir les détails les plus intimes et croquants sur cette période de sa vie), le résultat est sans appel. Dans un film surexcité, DiCaprio sort une prestation à la démesure du personnage qu’il incarne.

      Un film lancé à toutes allures sur presque 3 heures où les scènes extravagantes, et déjà cultes, s’enchainent (dialogue entre DiCaprio et McConaughey au restaurant, le discours d’entrée en bourse d’un partenaire important, le dialogue hypocrite entre Belfort et l’agent du FBI... pour ne citer qu’elles). Un film narré par Belfort sur un ton humoristique, un personnage à l’ascension fulgurante pour qui la chute ne sera que plus forte. Une fois encore, la réussite professionnelle d’un homme qui est rattrapé par sa nature humaine : un thème précieux a Scorsese. Il expose ici les faits d’une vie outrancière. Sans le glorifier ni en faire un modèle à suivre, mais sans non plus le blâmer pour cette vie de tous les excès, il nous épargne de la morale.

      Les performances d’acteurs sont elles aussi mémorables ; McConaughey en mentor, Margot Robbie ultra sexy en épouse de Belfort, DiCaprio en ce trader survitaminé accompagné de sa meute encore plus tarée (Jonah Hill, Jon Bernthal, Ethan Suplee...). C’est dans un hymne à tous les débordements que DiCaprio tire son épingle du jeu. Un jeu d’acteur excessif pour un film dopé dont on ressort secoué.

      http://chroniques-cine.overblog.com

      6 J'aime
    6. Il y a 2 ans

      Après après avoir lu le livre, appris les ba et 1 an d'attente,je ne m'attendais vraiment pas à un tel chef d'œuvre!Mise en scène et jeux d'acteur incroyable! Encore bravo à DiCaprio et Scorsese de nous signer un tel chef d'œuvre!(pour y être allé 3 fois je vous assure que ça vaut le coup!)

      4 J'aime
    7. Il y a 3 ans

      Ah un bon film a la Scorsese comme je les aimes, avec Di-Caprio,et le Frenchi Jean Dujardin. Hate de le voir

      4 J'aime
    8. Il y a 2 ans

      Scorsese et DiCaprio on ne change pas une équipe qui gagne.

      3 J'aime
    9. Il y a 2 ans

      C'est un film sur l'obscénité de l'argent, du succès !
      Non pas que d'avoir de l'argent c'est obscène.. loin de là mon propos, mais c'est un groupe de personnes ayant gagné beaucoup d'argent et qui en sont totalement obscènes..
      C'est cru, rarement le domaine boursier aura été décrit de cette manière même si on imaginait que cela pouvait être le cas... C'est un film certes drôle avec des scènes cocasses, complètement barrées car ce milieu est totalement barré...Mais derrière le rire se cache le malaise, l'obscénité de ces gens, on est parfois dans le ridicule profond, l'absurde et le burlesque. Ce qui rend ce film à la fois très attachant mais aussi très révoltant.

      Le film, son réal et ses acteurs sont vraiment incroyables. Pour moi, le propos est clair mais je dois avouer que l'idée véhiculée du film, de une tonne d'argent, de sex, de la drogue à tout va et du FUN pourrait être aussi mal interprété et être prise au premier degré.

      3 J'aime
    10. Il y a 2 ans

      ★ ★ ★ ★ ★
      Comment s'intéresser à un parfait idiot couplé à la pire crapule au col blanc qui puisse exister ? Et bien il suffit d'aller voir un film où Martin Scorsese redevient le réalisateur de génie qu'il était il y a 20 ans. Pied au plancher pendant 3 heures qui défilent à une vitesse vertigineuse, on regarde les yeux écarté une satire d'un capitalisme perverti par des escroc. C'est drôle, souvent jouissif avec une succession de scènes instantanément anthologiques. DiCaprio est habité par son rôle, très très fort.
      Le film fascine, le personnage fascine et cette fascination fait peur car elle en dit long sur ce que la soif de richesse à fait de nos société contemporaine.
      Attention Chef d'oeuvre !

      3 J'aime
    11. Il y a 2 ans

      Une vraie claque ! Un mélange explosif entre Very Bad Trip, Blow et Wall Street complètement dominé par le grand DiCaprio qui mérite encore une fois son oscar ! Et Margot Robbie, 2ème film de sa carrière, 23 ans et déjà absolument divine dans tous les sens du terme. http://cinemur.fr/personnes/margot-robbie-84914

      3 J'aime
      -
      1 commentaire
      Il y a 2 ans

      http://i.imgur.com/7GXBzzz.gif

      Image postée
      1 J'aime
    12. Il y a 2 ans

      Un Scorsese comme on les aimes, Di caprio excel dans son rôle. On ressent vraiment que les acteurs se sont éclaté et donné pour joués. On ne sent pas passe les 3h00 du film tellement qu'on passe un bon moment de cinéma. Il est vrai que le film est cru, mais c'est tellement bon. Pour tout les fans du Duo Scorsese Di Caprio 👍👍👍

      3 J'aime
    13. Il y a 2 ans

      Un Di Caprio extraordinaire, un scénario efficace et rondement mené. Dujardin fait pâle figure !

      3 J'aime
      -
      1 commentaire
      Il y a 2 ans

      Tatata on touche pas à Jean.

      1 J'aime
    14. Il y a 3 ans

      Dujardin est même pas dans la bande-annonce donc on va le voir très peu dans le film

      3 J'aime
    15. Il y a 2 ans

      Très bon film de Martin Scorsese!!bien sur a ne pas prendre au premier degrés!!
      DiCaprio exceptionnel comme tjrs!! A voir!!

      2 J'aime
    16. Il y a 2 ans

      What's the f*** ? ... OMF*G Petit bémol : les passages de Dujardin paraissaient comme des scènes de parodie ... Vous voyez ce que je veux dire ?

      2 J'aime
    17. Il y a 2 ans

      Dommage que le personnage de Matthew McConaughey ne réapparaisse pas plus tard dans le film...

      2 J'aime
    18. Il y a 2 ans

      2H59 DE PUR BONHEUR, A VOIR

      2 J'aime
    19. Il y a 3 ans

      Dujardin n'est pas beaucoup présent dans le film ! (2 scènes). J'attend ce Scorsese depuis que j'ai vu Hugo Cabret. Hâte de retrouver le duo DiCaprio et Scorsese !

      2 J'aime
    20. Il y a 3 ans

      J ai hâte de le voir

      2 J'aime

    Du même genre

    Films En salle

    Prochainement

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.