• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
    0:00 / 0:00

    Le procès de Viviane Amsalem

    Langue
    Qualité
    Videos de Le procès de Viviane Amsalem

    Le procès de Viviane Amsalem

    17 43

    1. Il y a 1 an

      Le procès de Viviane Amsalem est un film puissant extraordinaire et bouleversant. Pourtant le sujet traité par les cinéastes frères Sholmi et Ronit Elkabetz n’est pas très captivant. Un divorce tout ce qu’il y a de plus banal. Chez nous généralement ça tourne à la comédie sentimentale voire comédie burlesque. Ainsi clôatré dans notre confort démocratique et t’étant de droit, on ne pense pac à comment vivent les autres dans des régions moins favorables du globe.

      Ainsi avec le film une séparation Asghar Farhadi le spectateur était emmené à découvrir le parcours plus que difficile de certaines femmes en Iran quand ses dernières veulent divorcer. Société patriarcale et très religieuse le divorce n’intervient que si le mari se décide à consentir à la séparation (Je vous laisse imaginer la réaction des féministes chez nous bien légitime). Mais cela implique beaucoup de choses: La femme divorcée est au banc de la société et est ainsi considérée comme une citoyenne de seconde zone.

      Dans le film le procès de Viviane Amsalem c’est quasiment le même sujet qui est abordé exception faite qu’on est en Israël un pays normalement démocratique où il n’existe pas de société civile du moins elle est minoritaire. Ainsi on suit le divorce d’une femme qui n’aime plus son mari devant un tribunal rabbinique oui vous avez bien entendu ce n'est pas devant des juges classiques mais des rabbins que le divorce doit s’effectuer. Mais le mari ne veut pas le divorce et c’est parti pour 5 ans d’audience interminable. Tout comme en Iran, en Israël la pression sociale fait que divorcé c’est être rejeté par la société et ses codes.

      Ce film est extraordinaire de par sa mise en scène le regarde de la caméra et toujours cela d’un personnage y compris figurant sauf à la fin. Le jeu d’acteur est splendide Ronit Elkabetz est une actrice et réalisatrice à l’émotion à fleur de peau tout comme Simon Abkarian. Ce film nous donne presque la larme à l’oeil, car on est étouffé par ses 5 ans de procédure qui ne finit pas, le couple revient devant le tribunal tous les 2 deux mois et le huis clôt des pièces favorisent l’étouffement du spectacle et la montée de sa rage. Ainsi quand la femme du couple explose, on explose avec elle tellement vu de chez nous ça devient absurde ce divorce qui dure depuis 5 ans. En tout cas, si j’étais avocat c’est en Israël que je m’installerais vu les délais.

    2. Il y a 2 ans

      Séparée depuis 3 ans après une trentaine d'années de mariage, Viviane demande le divorce d'avec son mari Elisha.
      Aujourd'hui normalement, rien de plus simple. Et pourtant, Viviane va se retrouver devant un mur infranchissable, car la scène se passe en Israël. En effet, seul un tribunal rabbinique peut prononcer le divorce après l'accord du mari. Mais Elisha refuse de rendre la liberté à sa femme, même après 3 ans de séparation et des dizaines d'incompréhension.
      Les audiences du tribunal vont se suivrent de mois en mois, des témoins vont défiler devant les juges. Mais ces derniers repoussent à chaque fois leur décision car Elisha refuse toujours le divorce.
      Plus de cinq ans après le début de la procédure, un accord semble possible. Mais Viviane obtiendra-t-elle gain de cause ?

      Quelle galère pour cette femme !
      Dans la plupart des pays, le divorce est prononcé par un tribunal civil, mais pas en Israël où c'est un tribunal religieux qui suit les préceptes de la religion juive. De plus, une femme ne peut divorcer qu'avec l'accord de son mari. Si il accepte le divorce, il lui donnera le Guett, un parchemin au moyen duquel un homme divorce de sa femme. Et il est bien là le problème, ce n'est pas la femme qui divorce mais l'homme.

      Le titre du film résume bien la situation, c'est bien le procès de Viviane auquel on assiste dans des décors minimalistes, le tribunal avec ses 3 rabbis, 2 tables avec 2 chaises pour les protagonistes et leurs conseils.
      On assiste dans ce huis-clos tragi-comique au combat d'une femme dont la parole n'a aucune valeur dans cette société patriarcale.
      Alors que l'État d'Israël se veut moderne, la place et la liberté des femmes sont restées ancrer au monde antique. C'est cet anachronisme que dénonce ce film avec talent.

    Du même genre

    Films En salle

    Prochainement

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.