• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
    0:00 / 0:00

    Melancholia

    Langue
    Qualité
    Videos de Melancholia

    Melancholia

    549 234

    1. Il y a 2 ans

      L'histoire du film est classique quoique peu commun. Mais ici, la traditionnelle fin du monde qui se termine habituellement par un sauvetage du l'humanité car pour x raisons, les bonnes valeurs de l'humain sont montrés par un réalisateur pompeux et franchement reprobateur. À l'image d'un James Cameron dans Avatar l'humanité est congédié. Ici Lars Von Trier condamne l'humanité à une mort sans issu. Même la résurrection du Christ n'y pourra rien. L'état émotionnel d'une des deux soeurs personnage principale du film rejoint ainsi celui du monde qui sait qu'il est condamné. Quand on regarde ce film c'est un peu c'est état qu'on a. Celui qu'un condamné qui se demande qu'es ce qu'il ferait lors de la fin du monde. L'image la plus marquante c'est à la fin du film quand, les deux soeurs et le garçonnet construisent une sorte d'abris certes dérisoire mais relève bien tout la symbolique du film. Une certaine innocence, un renoncement mental et une utopie peut-être qu'on sera épargner dans ce chaos inéluctable.

      2 J'aime
    2. Il y a 3 ans

      Ce film nous plonge dans un sentiment étrange, on s'accroche jusqu'au bout. Assez sensible de nature, ce film m'a retourné. Malgré ce mal être qui subsiste tout au long du film, on aime. On aime cette différence. Un film fait pour véhiculer des émotions. L'histoire est extraordinaire, mais passe en arrière plan de tout ce qu'on ressent. On se met à la place des personnages, et on ne sait pas comment on réagirait. Très beau film à voir.

      2 J'aime
    3. Il y a 2 ans

      Le genre de film perché sur lequel les élitistes crieront au chef d’œuvre et au génie. Soit. Je le mets un peu dans le même sac que The Tree of Life (que j'avais détesté), soit une succession d'images esthétiques, majestueuses, ralenties, contemplatives, soporifiques aussi, sur fond de musique classique puissante et grandiose. Mais ici, il y a quand même quelques nuances positives à garder tout en avouant que la première partie (le mariage) est un mélange d'ennui, d'agacement d'incompréhensions et de déroute. La deuxième partie, plus psychologique est déjà un peu plus intéressante même si elle reste sur la même tonalité morose et dépressive. Elle a au moins le mérite d'offrir un but à ce film : la fin du monde programmée. Donc, après deux heures, emmené par certaines longueurs on arrive enfin au dénouement final, c'est une double satisfaction : celle de découvrir le sort réservé à la Terre. Mais surtout, celle de voir ce film s'arrêter. Enfin. 8/20.

      1 J'aime
      -
      1 commentaire
      Il y a 3 mois

      Vous n'avez rien compris a son univers en tout cas. De toutes façon avec ce réalisateur soit il on exécre soit on adore mais il ne laisse pas indifférent

    4. Il y a 3 ans

      Jamais un film ne m'avais autant remué. Ce n'est pas un film de divertissement c'est une oeuvre comme il y en a peu. un avertissement pour voir ce film est que l'état dans lequel on est plongé est la mélancolie. âmes sensible s'abstenir.

      1 J'aime
    5. Il y a 3 mois

      Lars von triers plus mes deux charlotte adorées que demander de mieux c'est forcément un chef d'oeuvre un film bien a part comme lui seul sais en faire. Je le suis depuis son film avec emily Watson. Breaking the waves et en V.O. Le seul qui ne m'ai pas plu c'est dogville avec l'ex Mrs Cruise.

    6. Il y a 2 ans

      Ce film est d'une lenteur extrême, d'habitude la lenteur ne gêne absolument pas quand elle ne se ressent pas, mais là je n'ai vraiment pas aimé. Ce n'est pas que le film est mauvais, j'ai aimé les acteurs, les musiques et surtout la photographie. Il y avait tout pour que j'aime mais la lenteur et l'univers du monde ne m'a pas plu. Je le conseil surtout aux fans du réal.

    7. Il y a 2 ans

      1er film que je vois de Lars Von trier. Je ne connaissais de ce réalisateur, que son Dogme 95, prise de son direct, caméra épaule, très peu de retouches photo, prises longues, jeu d’acteur non répétés laissant parfois plzce à des improvisations.
      « Melancholia » fait bien sur partie de ce dogme, mais pourtant on a tout de même des éléments et une intro hors de cette mise en scène. L’intro se rapproche même d’une mise en scène de Terrence Mallick (pour les mouvements lents et les planètes qui sont en gravité) ; mais Von trier rajoute des éléments propres à son cinéma. Son schéma narratif est novateur, il annonce de manière « picturale -en faisant référence à de grands tableaux- mettant en scène ces personnages (en l’occurrence au centre de celles-ci Kirsten Dunst), sa trame narrative.
      C’est un film étrange sur la mélancolie, le couple, la peur, et traitant avec réflexion la mort et la fin du monde. Malgré son aspect de film fantastique, je trouve que le film grâce à sa mise en scène comporte bcp d’éléments réalistes, qu’il perdra dans la seconde partie.
      Le film, comme « Full Metal Jacket » est coupé en 2 parties bien distinctes. Et de la même manière, j’ai beaucoup plus aimé la première partie -mariage déprimant et mélancolique- que la seconde qui est plus froide, plus fantastique et moins rythmée.
      Il y a une absurdité et un comique subtils qui donnent un charme et une honnêteté à cette tragédie. La première partie, comme « Gone Girl» dépeint de manière assez forte le message « le mariage n’est pas ce que vous croyez être ». A l’inverse de Gone Girl, Melancholia clôture cette satire dès la moitié du film c’est-à-dire à la fin de la 1ère partie.
      Il y a deux choses très intéressantes et très intelligentes dans ce film. La première c’est la nudité, durant toute la première partie, la mariée (Kirsten Dunst) faussement joyeuse, ne se « lâche » pas, comme aurait tendance à le faire des jeunes mariés. Elle ne profite pas de son mari et ne se dévoile pas, de même que la caméra elle non plus ne la dévoile pas même quand elle est dans son bain. Alors qu’en revanche dans la seconde partie, la pudeur n’est plus présente, elle se « dévoile » à la planète Melancholia, comme si elle était en connexion avec celle-ci.
      Puis la relation entre sœurs est très intéressante et laisse place à des changements de situation : la mariée déprimée et mélancolique, devenue malade, est celle qui à la fin du film donne le plus d’espoir, malgré son inintérêt de la vie. Inversement sa sœur n’accepte pas de mourir, eti veut changer les choses alors que la nature est trop puissante pour contrer son destin. Tout ceci n’est pas un spoil, on sait ce qui va se passer.
      L’étrangeté fascinante laisse une ambivalence au sentiment que j’ai mais pose la question de la mort et de son appréhension ; question qui nous travaille en pensée ou face à une œuvre.
      Je finirai par dire que ce film est une parenthèse ciné extrêmement réussie d’un nihilisme plutôt vrai et d’un genre exceptionnel sans que je l’ai trouvé lui exceptionnel.

    8. Il y a 2 ans

      Oeuvre choquante Drama Science-Fictionelle .

      D'un côté, Claire : un personnage réfléchi qui n'a que faire de toutes les superficialités qui l'entoure ( non dans la norme dans le chapitre 1, qui apparait visionnaire/ayant un don dans le chapitre 2 ... mais qui a toujours été dans le vrai depuis le début )

      De l'autre, sa soeur : qui perd ses repères dans ce qu'elle ne reconnait pas, et ouvre enfin les yeux .. pour sortir cette idée selon laquelle nous serions seuls âmes existantes dans l'Univers, cela est effrayant .

    9. Il y a 5 ans

      Et si c'était vrai...

    Du même genre

    Films En salle

    Prochainement

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.