• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
    0:00 / 0:00

    Men, Women & Children

    Langue
    Qualité
    Videos de Men, Women & Children

    Men, Women & Children

    75 283

    1. Il y a 1 an

      Un très beau film rempli d'émotions ❤️ super

    2. Il y a 1 an

      ce film est bizarre, il n'a pas vraiment d'histoire. On suit juste la vis banal de famille qui ont problème plus que banal

    3. Il y a 1 an

      Une belle critique de notre société connectée. Le film ne sombre pas dans le rejet de notre époque ni dans l'angélisme. On y suit des personnages attachants, réalistes qui trouvent leur chemin dans les ondes de la toile avec ses bons côtés, ses travers et ses dangers.

      2 J'aime
    4. Il y a 2 ans

      On peut toujours les compter sur les doigts de la main…Ouf ! Ce sont les problèmes de société dénoncés dans le nouveau film du réalisateur Jason Reitman, à qui on doit Juno, qui font office de ce comptage. Juste pour rire et voir à quel point le film ne sait pas dans quelle direction il va, je vais les énumérer : l’anorexie et l’image fausse que l’on vend de la femme, la technologie (jeux vidéo, casques audio, tablettes, smartphone etc.), le sur-contrôle parental, les défaillances du mariage (déjà très bien mis en scène dans Gone Girl), la monoparentalité, la solitude, la pornographie (beaucoup mieux représentée dans Don Jon), l’avortement (ça c’était de trop, clin d’œil à son premier film ?), le star-system ; je crois que nous avons fait le tour. Tous cela est à n’en plus finir: pourquoi vouloir dénoncer tous ces problèmes en seulement deux heures ? C’est une grosse erreur de la part du réalisateur. Disperser pleins d’histoires; ça veut dire les relier, et les finir. C’est là où arrive le plus gros problème du film sa — plutôt ses — fins pathétiques et dignes de téléfilms clichés, auxquels on avait déjà résolu la chute depuis plus d’une demi-heure. Le réalisateur se défend de ne pas vouloir confronter ses problèmes déjà connus de tous — peut-être pas des américains ; mais on n’arrive pas à y croire une seconde. Peut-être que, finalement, ce film parle plus aux américains, ces américains de qui on reçoit tous les clichés possibles (geeks, meurtrier, obèse…). Peut-être que les parents américains vont changer leur façon de voir tous ces problèmes ? Non, arrêtez, c’est beaucoup trop facile de faire ça, et surtout inutile: personne n’est dupe, on sait que les technologies sont nocives, mais à un degré raisonnable, elles ont nos meilleures amies et nos sauveuses. Et merde quoi, on a des acteurs prestigieux, Dean Norris (le super Hank, pas Hulk), JK Simmons (Schilinger pour ceux qui connaisse Oz), Adam Sandler, oui, Adam Sandler, qui est un bon acteur faisant de mauvais choix et de très mauvais films. C’est même lui le meilleur du film, il est touchant, il aurait même peut-être été plus judicieux de faire un film sur lui. Mais aussi Jennifer Garner, pitoyable dans son rôle de mère poule, qui paradoxalement passe plus de temps que quiconque devant son ordinateur à la pomme.
      Son film choral est mauvais et mal rythmé: il avait tout pour réussir, un bon monteur, un bon directeur photo et un casting prestigieux. La faute au scénario trop plein et cupide de dénonciation abusive et insupportable. Le tout transcendé par une voix off imagée par l’espace de manière minable.

      5 J'aime
      -
      1 commentaire
      Il y a 1 an

      Tu m'as vachement refroidi Grrrr... Bon je vais atte' avant de me voir, sûrement dans pas tout de suite..

    5. Il y a 2 ans

      Boulversant

    Du même genre

    Films En salle

    Prochainement

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.