• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
    0:00 / 0:00

    Silence

    Langue
    Qualité
    Videos de Silence

    Silence

    17 109

    1. Il y a 15 jours

      Scorsese réalise ici un film qui n'est pas un thriller mais plutôt un drame historique d'introspection. J'ai trouvé le jeu des acteurs excellent et la photographie et beaucoup de plans sont magnifiques. Chapeau bas Mister director. .. mais (oui oui il y a un mais) le film est trop long, trop lent et peut-être trop silencieux. Les digressions introspectives sont mal agencées et la question sur la foi, les religions etc est un sujet trop lourd et inintéressant pour moi. Bien sûr les faits historiques et les témoignages et la leçon qu'on veut nous démontrer sont intéressants et durs dans la démonstration de la souffrance mais encore une fois, le film traine en longueur et la salle qui était pleine décrochait à beaucoup de reprise comme moi. Je n'ai pas détesté, ça sera un grand film je le pense, mais qui va en dégoûter beaucoup ou qui ne sera pas à la portée et la volonté de visionnage de tous.

      2 J'aime
    2. Il y a 18 jours

      Scorsese l'avait affirmé lui même : "Silence ne ressemble à aucun autre de mes films". Surprenant. Et pourtant, il suffira de quelques minutes devant la toile pour en être convaincu. Et dire qu'il lui aura fallu une trentaine d'années pour adapté l'oeuvre de Shusaku Endo en long métrage. 2h40. C'est long, très long. Mais la maîtrise est telle qu'on ne décroche pas un seul instant. Chaque plan se dévoile à nous tel un noeu à démêler. Intriguant. Ce long métrage est une épreuve qu'il faut surmonter. Le vrai martyr, c'est le spectateur. Le film exige une féroce concentration. Les dialogues sont très travaillés, touchés de grâce et de sagesse, composés de langoureuses et ensorcelantes figures de style : allégories, comparaisons, métaphores et euphémismes, tout y est. Andrew Garfield se prête dignement à l'exercice du récit. Dans ce film, Scorsese semble s'être simplifié la vie. Son art est brut. C'est une mise à nu totale qui se confirme par l'utilisation lumineuse et originelle des paysages. On est bien loin de la noirceur scorsesienne habituelle. La nature prend littéralement le dessus et se singularise par le silence. Oui, le titre. Le silence est omniprésent. Il se fait ressentir. Tout le temps. Il allège les bruitages de la faune et de la flore comme il pèse intensément sur les paroles de nos protagonistes. Le film fait état d'une véritable quête de spiritualité portée par la crise religieuse intérieure à laquelle nos héros sont confrontés. Scorsese nous interroge sur la quête de spiritualité qui somnole en chacun de nous et qu'il faut apprendre à nourrir et à accepter. Ce long métrage définit avant tout la religion comme un choix de vie, et donne corps à la plus judicieuse et audacieuse des confrontations spirituelles possibles, celle entre la religion chrétienne et la religion bouddhiste, marquée en l’occurrence par les missions chrétiennes en terre japonaise. Respectivement, l'une admet la transcendance tandis que l'autre la défie ; l'une se porte vers le Ciel tandis que l'autre s'attache à la Terre ; l'une s'adonne à la vie qui n'est pas encore tandis que l'autre s'adonne à la vie qui ne sera bientôt plus. Ce conflit d'une quête spirituelle différente, incompréhensible pour les uns comme pour les autres, est si divinement mis en lumière. Les deux jeunes prêtres portugais interprétés - très justement - par Andrew Garfield et Adam Driver semblent définitivement perdus par cette foi diabolique et endémique dont ils se sont abreuvés jusqu'à la noyade. Il ne reste plus qu'à mentionner que les apparitions de Liam Neeson, si minimes soient-elles, sont prodigieuses. Tour de force réussi pour Scorsese.

      6 J'aime

    Du même genre

    Films En salle

    Prochainement

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.