• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
    0:00 / 0:00

    Transcendance

    Langue
    Qualité
    Videos de Transcendance

    Transcendance

    362 1233

    1. Il y a 2 ans

      Des informaticiens mettent au point un ordinateur pouvant travailler en toute autonomie et prendre seul des décisions. Mais n'étant pas doué de raison ni de libre arbitre, il ne connait pas la différence entre le bien et le mal.
      Le renommé Will Caster continue les travaux et développe sa propre théorie. L'esprit transcendant la matière, il suffit de copier-coller un cerveau humain sur un ordinateur afin de le doter d'une conscience.
      Lors d'une conférence, Caster se fait tirer dessus par un homme appartenant à un groupe terroriste anti-technologie. À l'article de la mort, il décide avec sa femme Evelyn et son ami Max de mettre en pratique ses théories.
      Et ça fonctionne, après son décès Evelyn et Max découvrent que l'ordinateur a pris son identité et converse avec eux. Mais dès les premiers temps, il leur demande plus d'énergie et l'accès total au Web. À quelles fins, dans quels buts ? Et est-ce bien la conscience de Will, sa propre personnalité ? Evelyn et Max ne sont pas du même avis et vont suivre des chemins différents. Pendant ce temps-là, "Will" va se développer jusqu'à atteindre l'omnipotence.

      Oh quelle science-fiction de bas étage, c'est cheap de chez cheap. Même Johnny Depp ne s'est pas vraiment transcendé dans ce rôle, et non, il n'est pas Dieu. Et que dire du message écolo avec tous ces panneaux photovoltaïques lui fournissant l'énergie nécessaire à son fonctionnement dans un désert complètement chamboulé. Jusqu'aux terroristes qui luttent contre les avancées technologiques pouvant assujettir la race humaine. Et les effets spéciaux médiocres pour cette intelligence artificielle capable de tout, surtout du pire.

      Rien de crédible dans tout ça.
      Passez votre chemin, braves gens, et regardez plutôt A.I. de Spielberg !

      5 J'aime
    2. Il y a 2 ans

      Kate Mara ♥

      4 J'aime
    3. Il y a 2 ans

      Super bande annonce mais y'a que la bande annonce qui était bien :)

      2 J'aime
    4. Il y a 2 ans

      Je sorts de la salle de ciné et franchement je ne sais pas quoi en penser. Le sujet du film avait tous pour plaire mais l'histoire que j'ai vu manque de saveur et est tres mal exploitée. Je comprends mieux que Johnny Depp est déçu et ai du mal à défendre ce film.
      Libre à vous d'aller le voir mais à votre place j'attendrai de le voir à la télé. ^^

      2 J'aime
      -
      1 commentaire
      Il y a 2 ans

      je rajouterai que si Johnny Deep a du mal à défendre ce film c est peu être lié à sa piètre performance en plus du film et de son traitement bâclé ;-)

      1 J'aime
    5. Il y a 2 ans

      Super film, donne matière a reflexion et discussions :) j'ai beaucoup aimé malgré, il est vrai, un rythme assez monotone. Mais cela accentue le coté poétique tu film je trouve. Je le conseil vraiment.

      2 J'aime
    6. Il y a 2 ans

      Rien qu'en regardant la bande annonce, j'ai eu envie de voir ce film, non seulement parce que dans quelques années l'Homme va souhaiter vouloir faire ça avec l'avancée phénoménale des nouvelles technologies, mais aussi pour les acteurs présents qui sont tout simplement des phénoménaux (aussi parce que cela vient de Christopher Nolan).

      Un scénario qui tient la route et qui est dans l'ère du temps, mais aussi une complexité chez les personnages, ce qui pour moi, est primordial.

      Sans vouloir être trop hâtif, ça sent tout de même le très très bon film

      2 J'aime
    7. Il y a 2 ans

      Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la singularité avant la sortie du film, c'est par ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Singularit%C3%A9_technologique Un sujet passionnant de plus en plus crédible.

      2 J'aime
    8. Il y a 2 ans

      Interessant . A voir .

      2 J'aime
    9. Il y a 2 ans

      Je ne comprends pas trop la mise en scène de ce film. Le réalisateur et le scénariste sont manifestement là pour nous faire peur avec ce film à la con. Johnny Depp n'a jamais été un acteur fait pour les drames même pour des films d'anticipations.

      Le concept du film n'est pas mal, la technologie qui pourrait dépasser les capacités humaine et devenir incontrôlable. Mais c'est tellement mal fait qu'on finit par s'en dormir au bout d'une demi-heure en priant pour que le film ne s'éternise pas trop car on a d'autres choses à faire. Bref moyen

      1 J'aime
    10. Il y a 2 ans

      1er film de la fête du cinéma.. Et forcément pas le meilleur.. Je me demande si Johnny deep est un bon acteur.. Hum hum.. Mais bon au delà de sa performance bien malheureuse, c est un fourretout ce film sans queue ni tête.. Tous les poncifs du genre sont présents, sans aucune cohérence, si on doit admettre que le pitch l est... Rien de nouveau dans le domaine de l intelligence artificielle.. Mais la encore si c était bien foutu on aurait pu y adhérer.. Mais non... encore une fois une 3D qui ne sert qu a vendre la place plus cher, une mise en scène plate, peu d effets visuels, on s ennuie, on s endort ! NEXT !

      1 J'aime
    11. Il y a 2 ans

      Vraiment excellent avec un jeu d'acteur de Depp froid et génial dans l'ambiance du film !

      1 J'aime
    12. Il y a 3 ans

      Il a l'air super ce film. Je suis fan des films de science fiction et de Johnny Depp donc trop hâte de le voir 😁

      1 J'aime
    13. Il y a 3 ans

      Cillian et Johnny, ça ça va être parfait.

      1 J'aime
    14. Il y a 1 an

      Aucun acteur n'est convaincant dans le film, peut-être même pas convaincu du film à la base. Et le scénario du déjà-vu.

      Scénario : 0/1
      Acteurs : 0/1
      Réalisation : 0,5/1
      Mise en scène : 0,5/1
      Bande son : 0/1

    15. Il y a 2 ans

      Intéressant et pas si loin de la réalité.

    16. Il y a 2 ans

      Bien mais pas top. Je ne saurais dire quoi mais il manque quelque chose à mon gout pour un faire un bon film.

    17. Il y a 2 ans

      Un film sur scientifique devenu un programme mégalomane car sa compagne égoïste refusa de le laisser mourir.

    18. Il y a 2 ans

      LA Bande annonce annoncé quelque chose de plus "grand". On s'attendait à plus venant d'un film qui parle de technologie supérieur, qui plus est avait un casting de choix. Mais en réalité le film tourne simplement en rond autour d'une histoire d'amour perdue. même le contrôle du monde par la technologie passe en arrière plan ce qui est vraiment dommage.

    19. Il y a 2 ans

      Bonne idée de depart mais pas assez développée...dommage

    20. Il y a 2 ans

      Je hais les pots pourris. C'est vrai, regardez : déjà, c'est moche et en plus c'est décevant.
      Alors bien sûr, quand on est en vacance dans un trou paumé et qu'on a le choix entre Transcendance, avec Johnny Depp, Morgan Freeman et Cillian Murphy, ou Dragon 2, dont la seule vue des personnages me donne envie de vomir, le choix est vite fait. Mais, d'un autre côté, je me dis rétrospectivement que le vomi à peut-être mauvais goût quand il sort, mais lui, au moins, il ne reste pas.
      Alors qu'une déception, ça vous fend votre petit cœur tout mou pour un bon bout de temps. Surtout lorsqu'il s'agit de Johnny quoi !

      C'est donc par défaut que j'ai refréné mes mauvais pressentiments à la vue du trailer et que je me suis rendu dans une salle noir à petit écran où j'avais froid parce que j'était en T-shirt et que la climatisation était quand même vachement efficace. J'aime pourtant bien ce genre de salles. Ça fait cosy, ça fait genre on va voir un film profond qu'il sort pas dans les grandes salles parce que la populace ne sait l'apprécier à sa juste valeur. Malheureusement, si les boîtes en or influençaient le contenu, je connais plein de gens qui seraient dignes d'intérêt. Mon visionnage de Transcendance a donc exactement été ce à quoi je m'attendais : une longue attente d'une saveur qui ne se laissera jamais sentir, et une envie toujours croissante de revenir à une ambiance qui correspond plutôt au début du film.
      En gros, tu vas aller voir Le jour où la Terre s'arrêta. Tu sais, celui avec Keanu Reeves ?
      Oui, celui-là.

      En gros, le film commence, il est bien. Parce que ça semble un peu poétique, on peu mystérieux, un peu on se demande ce qu'il va se passer. Et à partir du moment où Johnny se prend une balle, le film meurt avec lui. Bon, qu'on dise pas qu'il y joue mal ; la preuve, le film perd tout son intérêt lorsqu'il claque... Enfin, lorsqu'il claque la première fois. A oui, au fait, petites parenthèses, je vais spoiler sauvagement, hein, on est bien d'accord, bisou.

      Le problème des acteurs, leur grosse épine dans le pieds, leur petit poids sous le matelas, c'est de choisir les bons films. Oui, parce que, je m'explique : il y a plusieurs types d'acteurs. D'abord, il y a les mauvais acteurs. Attention, je ne parle pas des acteurs français qui sont une sous-catégorie des mauvais acteurs. Euh, dans n'importe quel film, ils sont pourris. Le réalisateur peut-être un génie doublé d'un magicien ; pas moyen. Ces acteurs là, en quelque sorte, ils sont pratiques, parce qu'ils permettent d'accentuer le talent des bons acteurs. Et en plus ils ne risques pas de décevoir. Mais bon, je ne citerai pas de nom. Megan Fox. Bref, ils nous intéressent pas, ceux-là.

      Ensuite, y a les bons, voir très bon acteurs. Gros charisme, jeu très personnels ; les mecs (ou les filles, soyons pas sectaires), ils gèrent comme des bêtes... De scène, ils gèrent comme des bêtes de scène. Bon, et bah eux, ils ont des soucis à se faire. Parce que quand un film est pourri, c'est bien souvent la faute au réa'. Pas que, ça y est mais pour beaucoup. Et quand un bon acteur a l'air mauvais dans un film, c'est souvent parce que le réa' s'est cru au zoo et qu'il a pas voulu leur jeter du bon jeu en pâture. C'est ce qui est arrivé pour Johnny, pauvre petit bonhomme au museau de souris. Je vois bien Wally lui ordonner de tirer la gueule comme un type dans un photomaton pendant toute la durée du tournage. Personnellement, j'aurais fais péter le stock de Vallium. Mais bon.

      Enfin y a les acteurs qui ont atteint le niveau de légende totale et absolue ; et eux, ils ont beau jouer des films ultra-nazes, on est toujours content des les y voir. C'est même souvent la seule raison pour laquelle on va voir le film (cf. la filmographie de Nicolas Cage). Morgan Freeman est la définition de cette catégorie, la valeur sure par excellence. Bonne vieille figure paternelle habituelle, notre Oncle Ben ne sert à rien dans le film, mais au moins il, il... Il gagne une tâche de rousseur à chaque fois qu'il raconte une histoire. Et na !

      Revenons au film. Ils meurent à la fin. Oui, le mec et la fille. Une histoire de sacrifice encore (pour la fille du moins). Film américain, okay ? On se refait pas. Bref, le gros, très gros problème de ce film, c'est sa foutue, indécision, de, mort ! Alors pourquoi pot pourri ? Mais parce que le réalisateur ne sait absolument pas du tout ce qu'il veut. Oui, je suis méchant avec les réa', mais c'est comme ça. Le film commence avec une intrigue, il poursuit avec une fuite, continue dans la philosophie, bifurque en scénario catastrophe et se conclue en romance magique de la magie qui fait pleurer des yeux. Alors, moi, ce que j'en dis, c'est non.
      Ce que j'en dis, c'est que prout, au bout d'un moment, quand on veut faire des millions de recette, on met ses couilles sur la table et on se décide.

      L'intrigue terroriste était pas mal au début. Il y a des attentats, ça fait boom, y a Cillian Murphy qui déboule en agent du FBI de l'Amérique et qui en tant que tel, une fois n'est pas coutume, pue grave la classe, et il y a des théories, genre la singularité appliquée à l'intelligence artificielle, et même que c'est très alléchant tout ça. Mais si ! Imaginez : un genre de Ghost in the shell contemporain avec de supers acteurs, des réflexions sur la conscience, l'individualité, sur l'expérience humaine de l'altérité et son essence. Imaginez un film mêlant tout ça.
      Et bah c'est exactement ce que Transcendance n'est pas.

      Mention spéciale aux technologies de la folie furieuse qui apparaissent sans aucune pitié en plein milieu du film et qui changent d'un coup l'orientation du film. Imaginez que vous regardez un film assez tendu, avec une intrigue qui se met doucement en place, des personnages qui pataugent, un gymnase abandonné avec plein de tours et de câbles dedans, et qui - d'un coup ! - devient un film de science fiction sans cohérence, comme ça, sans crier gare. Imaginez que vous passez de Pi à Matrix. De Mad Max à Transformer.
      Et bah, c'est exactement ce qu'est Transcendance.

      Et le pire dans tout ça, c'est qu'il est malsain, honnêtement. Je suis d'accord pour l'idée de transformer un rêve en cauchemar, une avancée technologique en quête gargantuesque et inconséquente, mais si ça pouvait ne pas impliquer l'acceptation de trucs totalement glauques comme si c'était tout à fait normal, ça serait encore mieux. Parce que, oui, l'I.A. - ou peut importe ce que c'est, je n'en ai retenu qu'un portrait animé de Johnny Depp un peu kitsch - L'I.A., dis-je, qui devient de plus en plus gourmande, qui perd de plus en plus sa conception de l'homme, en bon Dr. Manhattan qu'elle est, ça oui, je veux bien, c'est une idée intéressante et, qu'on se l'dise, un sujet potentiellement super tragique.
      Mais qu'une bande de putains de tarés qui font péter des bureaux pour butter plein de gens passent pour les gentils qui sauvent la Terre et même que c'est des vrais humains au moins, ça, je trouve malsain. Mais tellement ! Qu'on nous asticote avec ce fantasme de la génération Instagram, avec leurs jolis couchés de soleil, leurs jolis retours aux sources dans la nature et leusr jolis combats maquisards pour la liberté, je trouve ça gerbant et de mauvais ton.

      Ce qu'il y a de plus malsain, et d'assez ironique, c'est que le scénario met à l'honneur et fait triompher une humanité barbare et arriériste qui rejette une révolution technologique juste parce qu'elle n'est pas en mesure de la comprendre et qu'elle en a peur.
      Mention spéciale au terroriste déguisé en spectateur de conférence, demandant à Craster s'il veut créer un dieu ; you get the traditionnalist fear achievment dude ! Mon Dieu, un monde où l'homme créé son propre principe divin, quelle horreur ! La science qui va être exposée sera forcément monstrueuse.
      Et oui, elle l'est. Vous vous rendez compte ? Elle guérie des gens ! Vade retro.

      Parce que, à noter dans le film : les débordements de I.A./Craster n'apportent que des choses bénéfiques. Mais vraiment. Aucun inconvénient. A aucun moment, il n'y a de domination armée, de conspiration, de crime prémédité de la part de l'intelligence énigmatique qu'est Craster. Les homines sapientes 2.0 de Craster attaquent bel et bien les forces unies du FBI terroriste, mais par seule défense, après s'être fait agressés à plusieurs reprises et bombardés la gueule à coup de mortier. Alors voilà ce qui me fout le vertige : en réalité, le gentil est très clairement Craster. Il veut créer un nouveau monde où la technologie pourrait effacer tous les mots ; et on présente les terroristes fanatiques comme des libérateurs. Voilà ce qu'est le film : une pièce à conviction de la sauvagerie de l'Homme, qui ne désire, non pas s'élever à une forme supérieure d'existence, non pas à tendre vers un idéal d'harmonie (ici entre l'homme et la technologie), mais avoir le contrôle, être le numéro un de la chaîne alimentaire, être le maître du monde ; lui et non pas une entité compétente capable de le sauver de lui-même.

      Voilà l'allusion à Dieu. L'Homme a peur d'avoir un dieu. Parce qu'on vit dans la génération Instagram, la génération Facebook, Macdonald et Amazon. On veut le pouvoir, pas le bien souverain. On veut être à l'abris, ne dépendre de rien d'autre que nous, être au dessus, avoir le pouvoir de faire du mal, mais pas la force de le subir. On veut être les dieux, non pas s'en créer un. Transcendance est le produit d'un siècle de jouisseurs à l'éthique non euclidienne, aux valeurs hypocrites et aux désirs de plus en plus capricieux, de plus en plus impérieux. Et la tyrannie, c'est de se plaindre lorsque l'on voit un pot pourri auquel a travaillée toute une équipe pendant des moins, un résultat que l'on détruit en quelques secondes par nos critiques. Imaginez que les monstres, c'est vous.
      Mention spéciale au type qui oubliera ce film dans un mois.

      Oui, le film est mauvais, oui, Johnny Depp y est moins brillant, le scénario est né avec une seule aile et la réalisation est une roue de la fortune, mais de par sa médiocrité même, Transcendance est le contre-exemple qui nous met en face de notre propre médiocrité, si l'on prend un minimum le temps d'être vraiment critique.

      Alors le prochain coup que tu seras sur le point de voir un film perrave au cinéma, sois gentil, dépenses plutôt tes thunes dans une association caritative.
      Mention spéciale au prix de la place en 3D.

      1 commentaire
      Il y a 2 ans

      T'a vu tout ce sur tu as écrit? Tu es un fou en liberté toi :)

    Du même genre

    Films En salle

    Prochainement

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.